Enquête] Soja: quand la déforestation s'invite dans nos assiettes.

28 mars 2018 - 69 vues

Acheter un poulet élevé en France contribue à la déforestation en Amérique du Sud. C’est le constat de l'ONG Mighty Earth. Une bonne partie du soja qui nourrit les animaux d’élevage français est en effet importé : du Brésil surtout, mais aussi d’Argentine et du Paraguay, où la production industrielle de ce soja OGM est directement liée à la déforestation.RFIs'associe à l'enquête de Mighty Earth et vous explique comment ce soja sale atterrit dans vos assiettes.

La route du soja commence à plusieurs milliers de kilomètres de la France, tout près de l’ancienne propriété de Catalina Cendra, en plein coeur du Gran Chaco argentin. Avec sa famille, elle a vécu toute sa vie dans cette ferme près de Napenay. Dans le rapport « Quand la déforestation s’invite à notre table », que RFI a pu consulter avant sa publication, Catalina Cendra raconte à l’ONG Mighty Earth que la situation est soudainement devenue insupportable.

Elle soutient que des épandages massifs d’herbicides sur les champs de soja voisins de sa propriété ont contaminé les plantes, l’eau, les puits. Puis, c’est elle qui est tombée malade. Deux de ses filles ont ensuite souffert de réactions cutanées et de maux de ventre. « Ils viennent, ils sèment, ils empoisonnent, ils récoltent et ils s’en vont, explique-t-elle. Pour moi, le soja n’est bon à rien, pas même à nourrir les animaux ». C'est pourtant son premier usage.

La route des bulldozers et des feux de forêt

Le Brésil est aujourd’hui le principal producteur de soja en Amérique latine et le premier exportateur vers l’Europe, qui l'utilise en grande partie pour nourrir ses animaux. Mais la région du Gran Chaco est aujourd’hui considérée par les organisations environnementales comme « la nouvelle frontière » de l’agrobusiness.

Bien moins connue du grand public que l’Amazonie, elle n’en est pas moins menacée par la déforestation. Ses 110 millions d’hectares de forêts sèches recouvrent une partie de l’Argentine, de la Bolivie, du Paraguay et du Brésil. Avec 3 400 espèces de plantes, 500 d'oiseaux (dont de nombreux oiseaux migrateurs), la biodiversité du Gran Chaco est extrêmement riche. La région abrite aussi la plus grande variété de tatous au monde. Plusieurs communautés indigènes y vivent et dépendant de la chasse et de la cueillette pour leur subsistance. Elles sont donc directement impactées par la déforestation.
 
Lire la suite : RFI

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article